La consultation de comportement

 

A la clinique vétérinaire Adhocvet, les consultations de comportement sont réalisées par le Dr Gaëlle Gissinger.

 Le comportement est une discipline qui vise à prendre en charge les problèmes psychiques de votre animal.

 50% des abandons de chiens sont la conséquence de troubles comportementaux (aboiements, destructions, morsures : 50 000 morsures /an en France au sein des familles).

Ces troubles sont très fréquents chez nos animaux de compagnie et comme tous les autres domaines de la médecine vétérinaire, ils nécessitent une prise en charge précoce pour donner les meilleures chances de guérison à l’animal.

Bien souvent ces troubles ne « passent pas avec le temps » mais au contraire s’installent et s’aggravent, entraînant une souffrance de l’animal (anxiété, dépression) ainsi que de lourdes contraintes dans la vie sociale et familiale des propriétaires.

Plus l’animal est traité tôt pour son problème de comportement, meilleurs sont les résultats

 

La psychiatrie vétérinaire est une discipline récente (une vingtaine d’années), qui reste encore trop peu connue du grand public ; pourtant elle permet à l’animal de retrouver un équilibre pour vivre en harmonie avec ses propriétaires.

 

Qu’est-ce qu’un vétérinaire comportementaliste ?

La consultation spécialisée de comportement est réalisée par le Docteur Gaëlle Gissinger ayant reçu et validé une formation diplômante en psychiatrie animale. 

Les objectifs de ce diplôme sont :

  • Diagnostiquer un trouble du comportement, quelle qu'en soit l'origine.
  • Proposer un traitement et en assurer le suivi : connaître les médicaments psychotropes, leurs indications et leurs précautions d'utilisation.
  • Evaluer la dangerosité d'un animal.
  • Mener une expertise dans le domaine du comportement des animaux de compagnie.
  • Intervenir comme interlocuteur privilégié pour les questions relatives aux actions d'éducation, de prévention concernant l'élevage et l'insertion de l'animal dans la ville.

Cette formation est dispensée après les 7 années d'études vétérinaires. Cette formation dure 2 ans.

Le terme de « comportementaliste » est utilisé également par certains éducateurs canins. La différence entre un vétérinaire comportementaliste et un comportementaliste est la même qu'entre un psychiatre et un psychologue : le premier est un docteur en médecine ayant suivi une formation supplémentaire permettant d'acquérir des connaissances en neuroscience et comportements et de prescrire des médicaments à visée comportementale et des thérapies adaptées.

 

 Qu’est-ce qu’une consultation de psychiatrie vétérinaire ? 

Une consultation de psychiatrie vétérinaire comprend plusieurs étapes :

  • La première phase est un questionnement sur le motif de la consultation, l’ancienneté du trouble, ses manifestations précises ainsi que les remèdes ayant été essayés au préalable. Un examen détaillé de tous ces points et du mode de vie de l’animal permet au vétérinaire comportementaliste de poser un diagnostic sur la nature du trouble.
  • Un examen général de votre animal (comme pour une consultation classique) car il est primordial d’éliminer les causes organiques.

Le vétérinaire sera à même de déterminer s’il s’agit d’un trouble du comportement isolé, ou si une autre maladie organique est la cause de ce changement d’attitude (fièvre, dérèglement hormonal, tumeur, …). Une cystite peut par exemple provoquer de la malpropreté. Le vétérinaire va donc vérifier la bonne santé physique de l’animal.

  • A l’issue d’un entretien de 60 à 90 min, couplé à l’observation directe de votre animal, le vétérinaire va pouvoir poser un diagnostic.

 

En fonction de son diagnostic, il peut vous proposer un traitement médical (parfois) et un traitement comportemental (toujours).

Il est préférable que toutes les personnes vivant avec le chien puissent être présentes. Il est conseillé d’apporter un plan simplifié de la maison ou de l’appartement. Des photos du lieu de vie, des vidéos des comportements indésirables sont appréciables.

Des contrôles réguliers en consultations de suivi et des suivis téléphoniques ou par mail, permettront ensuite de juger des progrès et d’adapter les traitements comportementaux et médicaux à l’évolution des symptômes.

 

C’est un travail d’équipe, qui s’accomplit avec le propriétaire

et si possible

tous les membres de la famille.

Le Docteur Gaëlle Gissinger est là pour vous accompagner au mieux

dans cette amélioration du comportement

de votre animal et de votre relation.

 

Quand consulter ?

 

Chez le chien :

Vous ne le lâchez plus avec ses congénères de peur de ses réactions,

Finies les promenades en liberté, vous craignez qu'il fugue,

Seul, il aboie et détruit tout,

Il n'est pas vraiment propre,

Un rien lui fait peur, une personne inconnue, un bruit...

Il ne s'arrête jamais, il vous épuise !

...

 

Chez le chat :

Il est agressif, vous ne pouvez pas le manipuler,

Il se cache en présence d'inconnu

Il urine parfois dans le lit, griffe les meubles,

Il ne joue jamais, il est trop calme !

 

Quels sont les troubles comportementaux les plus courants ?

  •  Les troubles du développement comportemental (hyperactivité, hypersensibilité, syndrome de privation) se révèlent très tôt, parfois dès l’acquisition du chiot. S’ils ne sont pas soignés, ils compromettent gravement son éducation et la qualité des apprentissages.
  •  Les troubles de la relation homme-animal s’installent plutôt au moment de la puberté du chien et se développent progressivement. Il est important de les détecter le plus tôt possible.
  •  Les troubles du vieillissement (dépression d’involution, syndrome confusionnel, agressivité du vieux chien) apparaissent plus tardivement (à partir de 7 ou 8 ans) et nécessitent un traitement spécifique.
  • Enfin, certains troubles comportementaux sont liés à des maladies du système nerveux ou des maladies touchant d'autres organes.

 

Ne peut-on soigner les troubles du comportement du chien uniquement grâce à l’éducation ?

L’éducation canine, si elle est bien menée, est toujours bénéfique. Cependant, si un trouble du comportement existe préalablement, un diagnostic précis, assorti d’un traitement médical approprié permettra d’éviter une perte de temps et donc d’obtenir de bien meilleurs résultats. Thérapies, traitements médicamenteux, éducation canine sont en réalité complémentaires.

 

Est-ce utile de donner des médicaments ?

Les médicaments sont toujours prescrits par le vétérinaire, en accord avec les propriétaires. Ils ne sont pas systématiquement indiqués (diagnostic précoce, trouble léger). Lorsqu’ils sont nécessaires, ils ont toujours pour but d’améliorer la qualité de vie du chien. Ce sont des anxiolytiques, des régulateurs de l’humeur, des régulateurs de l’impulsivité qui vont permettre l’amélioration ou la guérison et donner de meilleures chances à l’animal.

 

Et pour le suivi de mon animal, dois-je le ramener toutes les semaines comme chez le psy ?

A l’issue de la consultation, vous devez posséder tous les éléments qui vous permettront d’appliquer les mesures prescrites. C’est vous qui allez travailler pour améliorer le comportement de votre animal.

Parfois, des séances d’éducation canine ou d’agility sont proposées pour faciliter la thérapie.

Cette consultation est riche en informations et bien souvent, une fois à la maison, vous avez l’impression que certains détails vous échappent : n’hésitez pas à rappeler le vétérinaire pour connaître les réponses.

Ensuite, en général, une visite au bout d’un mois permet de faire le bilan de ce qui a été réussi, ce qui ne l’a pas été, ce qui a été fait, et des résultats obtenus. Elle est souvent moins longue que la première consultation. Ensuite le suivi dépend de chaque animal.

 

Le bénéfice de ces consultations est indéniable et les résultats très satisfaisants, mais la réussite de la thérapie nécessite une implication franche des propriétaires et de tous les membres de la famille.
Plus la prise en charge sera rapide, meilleurs seront les résultats ; ne laissez pas envenimer une situation (destructions, jappements, agressions…).


Coût de la consultation : 135 euros

Coût de la consultation de suivi : 50 euros